Bien choisir sa tondeuse

Une tondeuse grand modèle pour le corps, une autre de petit modèle pour les membres et la tête, une rallonge électrique, une burette d'huile mécanique, un gros pinceau et un chiffon pour ôter les poils de la tondeuse, un petit tournevis pour démonter et serrer les peignes (en principe fourni avec la tondeuse).

A faire

1 Adapter les peignes à la longueur du poil, larges au début, plus fins pour fignoler le travail, ce qui implique d'en avoir plusieurs jeux.

 

2 Penser à nettoyer et lubrifier les peignes pendant la tonte, environ toutes les 15/20 minutes, pour éviter que la tondeuse chauffe (le contact du métal brûlant peut faire réagir le cheval violemment).

3 De même, retirez-les fréquemment de la tête de la tondeuse pour les décrasser avec le pinceau, ils n'en couperont que mieux. Essuyer le contre-peigne pour éviter de reposer du poil coupé sur le cheval lorsque vous continuerez la tonte.

4 Faire affûter les peignes régulièrement, environ toutes les 5/6 tontes, plus souvent si les chevaux ont un poil « difficile » (long, épais, sale, poisseux). Pour être certain d'avoir un bon résultat, les renvoyer chez le fabricant est une meilleure garantie que le coutelier du coin.
5 Nettoyer entièrement la tondeuse, dépoussiérer et graisser les peignes après usage.

Que Choisir ?

Selon votre budget, l'idéal est une tondeuse légère, silencieuse, maniable, facile à tenir en main sans fatiguer (une tonte peut durer longtemps), de qualité (mieux vaut investir d'entrée dans du bon matériel que de tomber en panne régulièrement), avec un moteur suffisamment puissant (100 W au moins), qui vibre peu, à plusieurs vitesses et écartement de peignes. Et renseignez-vous sur la durée de garantie et le service après-vente !

Comment bien choisir ses éperons

L’éperon est un instrument que le cavalier fixe sur sa cheville. Cette aide artificielle prolonge l’action de la jambe du cavalier sur le cheval en la renforçant avec une plus grande précision.

Un éperon est formé de deux branches avec une tige à sa base. Il est fixé au niveau de la cheville du cavalier grâce à une courroie reliée à la botte d’équitation. Le cavalier porte l’éperon lors du dressage afin de faire travailler les hanches du cheval. En saut d’obstacles ou en cross, l’éperon permet de garder une impulsion tout en autorisant un contrôle plus fin de la trajectoire du cheval dans les virages.

On répertorie deux types d’éperons. Leur usage doit être adapté à la fois au niveau du cavalier et au tempérament du cheval monté. Les éperons à bouts ronds conviendront aux cavaliers débutants et aux chevaux jeunes et/ou sensibles. Des éperons à bouts carrés doivent être privilégiés par les cavaliers confirmés, qui maîtrisent l’usage des éperons, ainsi que pour les chevaux âgés et éduqués, qui sont habitués aux éperons.

L’usage des éperons est réservé aux cavaliers confirmés ayant une jambe fixe.

Comment bien sa couverture

Le choix de votre couverture dépendra tout d'abord du poil de votre cheval (un cheval tondu devra être d'avantage couvert qu'un cheval qui ne l'ai pas, et ce tout au long de la journée), mais aussi de l'endroit où il est logé (au pré, dans un box extérieur ou dans un box intérieur). On distingue donc trois types de couvertures : la couverture légère, que l'on va utiliser à la mi-saison ou pour un cheval non-tondu, la couverture d'intérieur, plus épaisse pour les températures plus rudes dans les boxes en intérieur, et la couverture d'extérieur, imperméable pour le pré.
Il est également possible de superposer les épaisseurs, ce qui demande un peu plus de manutention, mais qui permet d'adapter le niveau de chaleur en fonction de la température au cours de la journée.

Cinq éléments à observer pour bien choisir sa couverture :

- L'encolure: Elle doit laisser de l'aisance aux mouvements du cheval. Munie d'un renfort au niveau du garrot, elle peut s'avancer sur le haut de l'encolure pour conserver la chaleur. On peut aussi y ajouter un couvre-cou.

- Les soufflets: Ils permettent au cheval de bouger en limitant les frottements des épaules contre un tissu trop tendu, provoquant une usure des poils voire une blessure. Les soufflets sont indispensables pour une couverture d'extérieur.

- Les sangles d'attache: Au niveau du ventre elles peuvent être croisées pour une meilleure stabilité de la couverture. Munie de crochets en caoutchouc, les crochets ne se détacheront plus. En élastique, elles permettent d'être ajustées au ventre du cheval et d'éviter ainsi que la couverture ne tourne. On regardera aussi les attaches qui se trouvent au niveau du poitrail et éventuellement des passage de cuisse : le nombre et la qualité des ataches garantissent la stabilité de la couverture.

- Le rabat de queue: Il est spécifique aux couvertures d'extérieur. Il permet de protéger l'arrière du cheval de la pluie et du vent (les chevaux ont tendance à se tourner dos aux intempéries).

- L'entretien: Pensez à vous renseigner sur l'entretien de la couverture (lavable en machine ou non, température ...). N'hésitez pas à faire appel à des professionnels pour faire nettoyer vos couvertures, elles seront plus propres et plus confortables pour votre cheval.

 

Bien choisir la taille de sa couverture

Pour déterminer la taille de la couverture qui convient à votre cheval, mesurez la distance du milieu du poitrail à l'arrière du postérieur. Choisissez ensuite la taille disponible la plus approchante. 

Pour bien choisir la taille de votre couverture:

  • Hauteur au garrot de votre cheval.
  • Longueur totale: Mesurez en partant du milieu du poitrail et allant jusqu'à l'arrière du postérieur.

Hauteur au garrot

Dimension en cm (FR)

Dimension en pieds et pouces (ANG)

Equivalence des tailles de couvertures

0,80 1

130

4'3"

85

1 1,10

145

4'9"

105

1,10 1,20

155

5'0"

110

1,20 1,30

160

5'3"

115

1,30 1,50

175

5'9"

125

1,50 1,60

185

6'0"

135

1,60 1,70

190

6'3"

145

1,70 1,75

195

6'6"

150

1,75 1,80

210

6'9"

155

plus 1,80

220

7'0"

165

 

 

 

Le gilet de sécurité, une protection essentielle pour la pratique de l’équitation

Le gilet de sécurité est une protection destinée à éviter les blessures graves au niveau du torse et du dos lors d’une chute. C’est un équipement essentiel pour tous les cavaliers expérimentés comme débutants. Afin de s’assurer de la qualité d’un gilet, il faut vérifier que celui-ci soit conforme à la norme européenne en vigueur EN13158.

Les gilets de sécurité sont composés de différentes plaques de mousse gaufrée qui vont amortir et absorber les chocs en cas de chute. À l’arrière, ils offrent une très bonne protection de la colonne vertébrale et des reins. À l’avant, ils permettront d’éviter les blessures au niveau de la cage thoracique et des organes situés dans l’abdomen.

Les différents types de gilets de sécurité

-          Les gilets de sécurité complets

La plupart des gilets de sécurité d’équitation sont des modèles complets qui protègent aussi bien le torse que le dos. Ils sont classés selon trois niveaux de protection. Le niveau 1 correspond à une protection légère et est donc particulièrement adapté aux disciples d’équitation ne présentant qu’un risque de chute mineur, comme la promenade ou la randonnée. Le niveau 2 est une protection intermédiaire qui convient bien aux cavaliers pratiquant régulièrement. Le niveau 3 est spécialement protecteur et convient même aux cavaliers professionnels et à tous les amoureux de voltige ou de course d’obstacles.

-          Les dorsales

Les équipements de protection de type dorsale sont constitués d’une plaque articulée au dos et d’un harnais de fixation avec sangle ventrale à l’avant. Ce type de protection est particulièrement dédié au maintien de la colonne vertébrale et à sa protection en cas de chute de cheval. Les dorsales sont conçues pour être agréables à porter et ne pas entraver les mouvements du cavalier, c’est pourquoi leur coque est articulée. Le harnais possède de nombreux points de réglages afin de s’ajuster au mieux à la morphologie. Pour être parfaitement efficaces, les dorsales doivent être portées très près du corps pour coller aux mouvements du cavalier.

Les embouchures

Votre embouchure sera le point d’ancrage de votre briderie. Vous pourrez choisir entre différents types de mors en fonction de la taille et de la morphologie de votre monture. Plus celle-ci sera grande, plus la taille de l’embouchure devra être importante. Prévoyez ainsi 105 cm pour un shetland, 115 cm pour un poney et de 125 à 135 cm pour un cheval de taille standard.

Les mors de contact à double brisure ou caoutchouc, privés de gourmette mais munis d’anneaux, conviendront à la plupart des chevaux. Vous pourrez choisir entre mors dur au canon fin, métallique et droit, et mors doux, au canon épais en caoutchouc et brisé.

Les mors de bride pourront s’adapter facilement aux spécificités de votre monture. Leur puissance sera modulée en fonction de la longueur des brides. Un passage de langue vous permettra de guider les chevaux qui ont une langue trop importante.

Pour dresser un jeune cheval, les mors encadreurs, aiguille ou verdun privés de gourmette seront idéaux. Les mors rabatteurs, pelham ou quatre anneaux seront indiqués pour les chevaux qui présentent une bouche particulièrement dure ou une encolure exceptionnellement haute.